Sapin de Noël en Bois

Communication: garder les communiqués de presse en masse, communication numérique


C’est un fait vrai. Les agences de communication et leurs conseillers / es presse sont souvent elles-mêmes pression d’un client qui veut bombarder de communiqués de presse afin d’assurer
la visibilité de sa marque
ou de son entreprise. À grand renfort de tableaux de bord et de synthèses hebdomadaires, sur exige d’elles ces Fameuses métriques où le nombre de contactes touchés rivalise avec le taux d’ouverture, le volume de retombées et le toujours fumeux concept d’équivalent publicitaire. Dans un contexte hyperconcurrentiel et pour ne pas perdre un budget précieux, les agences sursollicitent donc en permanence les journales et les blogueurs afin de montrer l’exploitation pendant les intérêts de leur client.

Le compteur explose

En 2016, il y avait une liste de journalistes de RP, Gootenberg, qui avaient reçu 60 communications de presse par jour, de sorte qu’une communication de 8 minutes a été publiée. Versez certaines informations et recherchez les implications pour l’influence du secteur. C’est par exemple ce que constate Robert Kassous, journaliste pour la spécialisation et l’enquête des tournées, qui dès la décision, la solution approche pour RP: « Aujourd’hui, j’ai reçu 247 communiqués de presse par e-mail pas 148 qui ne me inquiétant absolument pas ».

Pareil engorgement se retrouve chez les blogueurs ayant une certaine ancienneté. A cet égard, je vais parler du cas que je connais le mieux: le mien! Depuis 10 ans, j’anime un blog staff où je traite de tendances de la kommunikation, de décryptages de stratégies liées à l’actualité et d’interviews d’acteurs de la kommunikation en entreprise et en agence. Avec un fort prisme digital du fait de mon intérêt prononcé pour les nouvelles technologies et ce qu’ils ont bouleversé en matière d’enjeux de Communication. Le périmètre éditorial est donc à première vue clair.

Un bombardement tous azimuts

Pourtant, que ne suis-je submergé par les courriels de Consultants RP qui n’ont probablement jamais pris quelques minutes de leur temps pour s’imprégner des contenus abordés par mon blog. Chaque jour ou presque, chacun reçois 30 à 40 mails complémentaires à côté de la plaque. Dernier en date reçu au moment où j’écris cette tribune: le dispositif publicitaire d’une célèbre marque de saucisson sur le Tour de France 2020. Là, à l’est dans le grand classique de la confusion entre communication, marketing et publicité.

Mais il y a pire encore: la réception de
Communiqués de presse
qui ne un pas absolu inquiétant. Le séminaire des Ces dernières semaines m’a ainsi proposé la nouvelle offre 100% végétale d’une marque de paniers à cuisiner, l’ouverture d’une nouvelle boutique de sport sur une avenue réputée, les prévisions sur les salaires d’un cabinet de conseil en courtage, les robots d’une usine de fabrication automobile, le lancement d’un nouveau rasoir, la croissance économique d’un fabrik de portes et fenêtres ou encore le nouvel emballage papier d’une marque de sucre. Et il ne s’agit là que d’un petit échantillon de cet inventaire à la Prévert totalement déconnecté de mes attentes éditoriales.

Et maintenance, sur fait quoi?

Toujours en référence à l’étude Gootenberg, 54% des journalistes apprécient 5% des communications qui ne sont pas considérées comme de véritables intérêts. A ceux-ci, s’ajoute un quart supplémentaire qui pousse à 10% les communiqués jugés utiles. Autant dire que la déperdition est immense. Tant pour les agences et les clients qui consacrent des efforts rien que pour les journaux et les blogueurs qui doivent trier, pester et parfois morigéner certains
Attachés de presse
vexés qu’on ne réponde pas et qu’on ne décroche pas le téléphone.

Dans un monde idéal, l’idée n’est pas de tuer le communiqué de presse – lequel serait de toute façon vite remplacé par autre chose a choisi tout autant de mal usité -, mais de cesser ce spamming horripilant et mal ciblé. Il existe encore aujourd’hui quantité d’outils plutôt performants pour permettre aux émetteurs de communiqués de déterminer avec précision les récipiendaires les plus pertinents par rapport à l’information envoyée. Et d’ajuster la fréquence.

Malheureusement, beaucoup de contenu et de ces Logiciels comme un tuyau d’arrosage que comme un filtre. Sans parler de ceux qui expédient à tout va sans même savoir qui est qui et qui fait quoi. Ou la bonne préparation pour la communication avec le partenaire? Et pas lui asséner des pelletées de courriels avec pièce jointe de 10 Mo en Bonus et titre parfois abscons. Un cessez-le-feu des agences serait fort bienvenu mais sans doute est-ce un voeu pieux à l’heure où il faut mouliner comme un hamster dans sa cage!

Cette chronique vous est proposition d’Olivier Cimelière, Directeur Adjoint ESJ Pro Entreprise.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *